Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

A la Capi, la rigueur dans les finances

le - - Territoires

A la Capi, la rigueur dans les finances
Le personnel de la Capi (ici lors de la cérémonie des voeux) doit en prendre son parti : les augmentations de salaires sont gelées jusqu'en 2013

« Il va falloir apprendre à vivre dans la rigueur » avait déclaré Alain Cottalorda, président de la Communauté d’agglomération, en présentant le budget 2010.

Semblable refrain est au programme cette année.

« Agglomération recherche ressources » : telle est la petite annonce que la Capi pourrait publier dans la presse spécialisée si le sujet n’était pas aussi sérieux, voire grave. Car, en l’état actuel, le budget 2011 de la communauté d’agglomération n’est pas encore équilibré. C’est ce qui ressort du récent débat d’orientation budgétaire, débat qui n’engendre aucun vote rappelonsle. Selon le vice-président Eugène Rey, il manquerait entre 5 et 10 % pour atteindre l’équilibre. Comment y parvenir sans qu’explose le recours à l’emprunt dont on limite le niveau à 9 M€ ? Là est toute la question.

En 2010, le budget de la Communauté d’agglomération franchissait le seuil des 135 M€. Il avait été notamment abondé par des impôts et des taxes (50 583 785 €) et des dotations et subventions diverses (24 863 369 €). Deux postes qui, cette année, vont subir les effets du gel, annoncé pour trois ans, des concours de l’Etat aux collectivités- territoriales, la dotation globale de fonctionnement progressant de 0,20 %, soit sept fois moins que l’inflation estimée . A cela s’ajoutent la suite donnée à la réforme de la taxe professionnelle et le renforcement de la péréquation dans un contexte d‘assainissement des finances publiques. Afi n de trouver de nouvelles ressources, la Capi doit donc compter sur de nouveaux produits. La cotisation foncière des entreprises et la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (celle-ci partagée avec le conseil régional et le conseil général), la taxe sur les surfaces commerciales (jusqu’ici perçue par l’Etat) sont du nombre. Tombera également dans l’escarcelle communautaire la taxe d’habitation et la taxe sur le foncier non-bâti, deux impôts payés par le « contribuable ménage , désormais positionné au centre du nouveau dispositif».


« Il va falloir apprendre à vivre avec la rigueur », avait prévenu le président Cottalorda en 2010. Un « tube » toujours d’actualité d’autant que, s’agissant du personnel de la Capi (près de 700 personnes), le gel du point d’indice a été décidé par le gouvernement. Et selon la Cour des comptes (que préside Didier Migaud, ancien député PS de l’Isère), ce gel serait inévitable jusqu’à fin 2013. La masse salariale (près de 22 M€ en 2010) ne devrait donc pas progresser d’autant que la Capi annonce aussi le gel des embauches. Au risque de peser sur les services qu’attend la population. [caption id="attachment_1774" align="alignleft" width="455" caption="Le personnel de la Capi (ici lors de la cérémonie des voeux) doit en prendre son parti : les augmentations de salaires sont gelées jusqu’en 2013"][/caption]




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide