Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Aménagement - Le Musée des Confluences prend corps

le - - Actualités

Aménagement - Le Musée des Confluences prend corps
Le bâtiment doit être livré en février 2014 (© AS)

A la fin des années 90, le conseil général du Rhône, en charge du Muséum de Lyon, décide de quitter les vénérables locaux de l’ancien Musée Guimet dans le 6e arrondissement de Lyon, pour construire un nouveau bâtiment à la confluence lyonnaise qui reflèterait l’esprit d’un XXIe siècle qui pointait alors à l’horizon. Il aura fallu une bonne quinzaine d’années pour que le projet se concrétise et sorte enfin de terre..

A la fin des années 90, le conseil général du Rhône, en charge du Muséum de Lyon, décide de quitter les vénérables locaux de l’ancien Musée Guimet dans le 6e arrondissement de Lyon, pour construire un nouveau bâtiment à la confluence lyonnaise qui reflèterait l’esprit d’un XXIe siècle qui pointait alors à l’horizon.
Il aura fallu une bonne quinzaine d’années pour que le projet se concrétise et sorte enfin de terre.. L’enveloppe financière a certes quelque peu gonflé, faisant grincer plus d’une dent. Selon les derniers calculs, elle se situerait aux alentours de 180 M€ alors qu’elle était au départ de l’ordre de 70 M€. Mais il est vrai que l’euro n’existait pas encore…
Le coût du Musée des Confluences se décompose ainsi : 107 M€ pour le maître d’ouvrage, Vinci Construction France, lauréat de l’ultime appel d’offres ; 140 M€ si l’on y inclut l’ensemble du chantier qui se décompose en une vingtaine de lots, et 180 M€ si on adjoint l’ensemble des aménagements extérieurs qui ne sont pas minces.
Bref, le chantier avance aujourd’hui à son rythme de croisière et devient véritablement palpable pour les visiteurs privilégiés - une cinquantaine par jour, en groupe -, le grand public devant se contenter de l’espace d’information mis à sa disposition sur le site, pour découvrir les rouages de ce titanesque projet qui dotera l’entrée sud de Lyon d’un signal monumental, tout en répondant aux exigences muséographiques d’une culture scientifique qui a le vent en poupe.

Une structure monumentale et avant-gardiste

Ce nouveau musée des civilisations viendra se lover dans une structure volontairement monumentale et avant-gardiste, conçue par l’agence autrichienne Coop Himmelb(l)au. Hélène Lafont-Couturier, en charge des trois musées du Département du Rhône - à savoir les deux musées gallo-romains de Fourvière et Saint-Romain-en-Gal et le Musée des Confluences – souligne que chacun dispose d’une architecture fortement marquée par chacune des époques qui les a vu naître : les années 60 pour la colline de Fourvière, 90 pour Saint-Romain-en-Gal, et 2000 pour la Confluence.
C’est donc un vaisseau spatial, tout droit sorti d’une Guerre des étoiles architecturale, qui vient s’ancrer sur ce site emblématique de l’agglomération lyonnaise, point de passage quasi obligatoire pour les visiteurs qui viennent du sud. D’une superficie totale de 22 000 m², il proposera trois espaces d’expositions permanentes, des espaces dédiés, des espaces numériques et expérimentaux ainsi que deux auditoriums, sans oublier la librairie-boutique et les différents espaces de restauration.
Pour l’heure, le chantier constitue un immense jeu de construction, entre puzzle et Meccano géant, mené par Jean-Luc Fosse, directeur technique pour GTM Bâtiment Génie Civil Lyon (filiale de Vinci) qui explique la complexité de la tâche, à la fois monumentale et travail de précision devant se faire au millimètre pour des pièces métalliques la plupart du temps uniques et réalisées sur mesure. Celles-ci viennent s’emboiter les unes dans les autres, étape par étape : d’abord, le socle, ensemble béton et appuis monumentaux, terminé en novembre dernier ; puis le « nuage », charpente métallique et enveloppe inox ; puis le « cristal », ossature métallique et verrière ; enfin l’aménagement des abords..
Le tout doit être livré en février 2014. C’est dire si les délais sont serrés, mais les équipes sont dans les clous, ou plutôt dans les boulons tant ils seront nombreux…


Le projet en chiffres

22 000 m² de surface totale, jardin de 24 000 m²
180 m de long, 90 m de large, 37 m de hauteur
5 000 colonnes de béton, 14 000 m3 de béton
6 000 tonnes de charpente métallique, 17 000 plaques inox
600 panneaux photovoltaïques, 11 verrières
Environ 300 intervenants sur toute la durée du chantier




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide