Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Chasse : une feuille de route pour l’avenir

le - - Actualités

Chasse : une feuille de route pour l’avenir
Jean-Paul Besson, président des chasseurs du Rhône

Ce schéma, véritable feuille de route pour les pratiquants qui doivent s’y conformer sous peine de sanctions, poursuit les mêmes objectifs que le précédent ce que rappelle Jean-Paul Besson, le président des chasseurs du Rhône « Le schéma doit fédérer le monde de la chasse autour d’axes prioritaires identifiés lors des diagnostics et consultations.

Il s’agit de montrer que nous avons une vision prospective à long terme de la chasse ainsi que de l’état des biotopes et des populations de gibier » explique le président fédéral.
Les travaux préparatoires à l’établissement de ce dossier suivis de près par l’Etat donnent lieu à de nombreux échanges avec les hommes de terrain et sont validés in fine par l’assemblée générale départementale qui rassemble tous les représentants du monde cynégétique local.
A ces objectifs s’ajoutent des pistes de réflexions nées du fait des réformes territoriales en cours comme la déclinaison des objectifs par territoires intercommunaux cohérents (par exemple zones favorables perdrix rouges) ou le développement des approches territoriales d’action et de communication.
Naturellement les décisions prises s’appuient outre sur les avis des associations cynégétiques, (archers, piégeurs, bécassiers, veneurs, éleveurs de gibiers, armuriers…) de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, des agriculteurs, mais également sur les relevés scientifiques réalisées par les techniciens cynégétiques de la fédération du Rhône. Et Jean-Paul Besson de rappeler que la FDC69 est agréée association de protection de la nature depuis le 26 janvier 1979.
Autre axe majeur pour les chasseurs : la sécurité. Certes on déplore de moins en moins d’accidents au fil des années. Il n’empêche. Le souci sécuritaire est permanent. Outre celles prodiguées avant l’examen du permis de chasser, des formations sont réalisées dans de nombreux domaines mais le président insiste sur celles consacrées à l’organisation des battues au grand gibier.
C’est par ce type d’action et de comportement responsable que les chasseurs d’aujourd’hui pourront intéresser les jeunes générations à une pratique ancestrale qui depuis plusieurs années a su évoluer dans le sens du développement durable.

Gibier : une année moyenne

Si le lièvre, gibier roi de l’ouverture a bénéficié d’un printemps favorable et devrait être abondant, il n’en va pas de même avec le lapin qui sauf exceptions très locales continue sa régression. Pour la plume une fois encore, la perdrix, la rouge dans notre département, inquiète les chasseurs. Peu de couvées sont recensées. La faute a la prédation, aux pratiques agricoles ? Sans doute un peu des deux. Le faisan lui aussi a subi les effets de la sécheresse et il faudra se contenter presque partout des lâchers. Par contre la satisfaction est de mise pour les migrateurs, la palombe notamment est très abondante ainsi que les canards colverts.
Pour le grand gibier, le chevreuil se porte à nouveau très bien. Quant au sanglier, il est abondant depuis deux ans avec un prélèvement pourtant en hausse l’an passé de 30 % avec 1 700 bêtes noires au tableau départemental. Une abondance qui plombe parfois les relations chasseurs agriculteurs.
C’est le 11 septembre que l’ouverture générale a été fixée mais il est impératif de consulter l’arrêté préfectoral car y figurent de nombreuses particularités par espèces et par cantons.

MC




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide