Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Cinéma - Cogan ne sait pas sur quel pied danser !

le - - Culture et loisirs

Cinéma - Cogan ne sait pas sur quel pied danser !
Brad Pitt et James Gandolfini se donnent la réplique dans quelques scènes cultes

Le film commence par des vues de la Nouvelle-Orléans déserte et délabrée, c’est à dire post ouragan Katerina et post crise économique, le tout rythmé par des extraits de discours de campagne des candidats à la présidence des Etats-Unis, John Mc Cain et Barack Obama.

Ainsi l’action est immédiatement contextualisée, nous sommes en 2008 et l’Amérique a mal à son économie. Quelques loosers, pour quelques dollars, entreprennent de braquer un mauvais tripot, peuplés de sales types. Le braquage est pathétique, l’ambiance poisseuse et dans ce scénario si simple où tout est compliqué. Les parrains doivent-ils faire payer l’incapable et récidiviste gérant du tripot ou les auteurs du casse ? Le meurtre commandité comprend-t-il un forfait passage à tabac ? A quel prix ? Et les tueurs à gages voyagent-ils en classe économique ? Voila les turpitudes des protagonistes principaux au milieu desquels rayonne Brad Pitt, tueur classieux et cynique, au sommet de sa forme dans ce rôle de sale type qui l’éloigne de ses habituelles prestations de sauveur du monde libre. Bien épaulé par des seconds rôles qui crèvent l’écran, l’obèse tueur Mickey, interprété par James Gandolfini tout à fait bluffant dans une scène où il fait la conversation à un verre de bourbon, Brad Pitt excelle dans ce film où le réalisateur montre la violence de manière crue plus qu’il ne la suggère. Visuellement étourdissant, Cogan est un film d’action impeccable, un bon thriller mais un ovni de la pensée. En effet les éléments faisant référence à la situation politique et socio-économique des Etats-Unis dépassent le cadre de la contextualisation et, récurrents, reviennent tout le long du film comme pour lui donner une portée sociologique assez maladroite. A l’arrivée le spectateur reste perplexe et doute du film qu’il vient de voir. Etait-ce un divertissement ou un brûlot ? Le réalisateur, seul, le sait.

Maxime Fléaux


Cogan, thriller de Andrew Dominik, avec Brad Pitt, Scott Mc Nairy et James Gandolfini.



[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=9gJFjpKyehY[/youtube]




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide