Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Cinéma - Festival Lumière 2011 : « la fête de Gérard ! »

le - - Actualités

Cinéma - Festival Lumière 2011 : « la fête de Gérard ! »
Gérard Depardieu aura les honneurs du 3e Festival de cinéma de Lyon (©AS)

Un monument du cinéma français.

Thierry Frémaux, directeur de l’Institut Lumière, lors de la présentation du festival Lumière 2011, l’a placé au même rang que « Jean Gabin et Michel Simon dans la mythologie des acteurs français ». Chacun a sûrement sa propre opinion sur l’acteur, mais aussi sur l’homme. Aujourd’hui, l’heure est au consensus, voire au plébiscite. Gérard Depardieu, car c’est de lui qu’il s’agit, recevra bien le Prix Lumière 2011 en octobre au cours du festival éponyme qui se déroulera du lundi 3 au dimanche 9 à Lyon et dans de nombreuses communes de l’aire métropolitaine. « Ce ne sera pas un hommage, prévient Thierry Frémaux, mais bien « la fête de Gérard ». Nous voulions honorer cette personnalité ». Et de lancer en guise d’anecdote : « N’a-t-il pas baptisé son vin marocain, « Lumière » ! »

Intégrale Jacques Becker

Après Clint Eastwood honoré en 2009 et Milos Forman l’année suivante, le Castelroussin à l’impressionnante filmographie aura donc les faveurs du public rhodanien, composé d’amateurs cinéphiles ou de non initiés. Ce public disposera, à l’instar des deux précédentes éditions, d’un large éventail de propositions : de l’hommage aux films de genre japonais Yakuza à la rétrospective des films du cinéaste américain William A. Wellmann des années vingt aux années cinquante, en passant par l’invitation lancée au Musée du cinéma de Turin qui évoquera à Lyon le souvenir du cinéaste italien Elio Petri ou le visionnage des plus belles restaurations de l’année. Parmi les points d’orgue de ce festival, les 20 ans de Rhône-Alpes Cinéma, organisme de co-production régionale qui a participé au financement de quelque 200 films, mais également l’intégrale des films de Jacques Becker en copies restaurées, citons pêle-mêle Casque d’or (1952) ou Touchez pas au grisbi (1954).

Récents et déjà classiques !

Créée l’an dernier, la section « Déjà classiques ! » a pour ambition de célébrer ces films français des années 70 dont les auteurs sont encore à pied d’œuvre, pouvant de fait narrer l’histoire des dits films. Pour cette mouture 2011, on retrouvera parmi les titres présentés : Le Sucre de Jacques Rouffio (1978), La Fiancée du pirate de Nelly Kaplan (1969), Le Sauvage de Jean-Paul Rappeneau (1975).
Une belle programmation. Et de surcroît accessible au plus grand nombre. « C’est un festival populaire, affirme Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon. Les communes de l’agglomération sont impliquées et peuvent ainsi attirer producteurs, réalisateurs et artistes ». Outre les lieux majeurs que sont l’Institut Lumière, la Halle Tony Garnier (qui servira de cadre à la soirée d’ouverture le 3 octobre) ou l’amphithéâtre du Centre de congrès (qui abritera la remise du Prix Lumière le 8 octobre), de nombreuses salles de cinéma du Grand Lyon (des cinémas art et essai aux multiplexes) proposeront près de 1 890 séances. Du choix, de l’éclectisme, de l’émotion, des découvertes, des surprises : le festival Lumière, c’est tout ça !

L.Odouard




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide