Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Cinéma - Kirikou et les hommes et les femmes, de Michel Ocelot - Même les sorcières ont un cœur !

le - - Culture et loisirs

Cinéma - Kirikou et les hommes et les femmes, de Michel Ocelot - Même les sorcières ont un cœur !
: Kirikou et les hommes et les femmes montre une nouvelle facette du monde de Kirikou

En bon griot malicieux, Ocelot nous embarque dans son monde merveilleux dont on ne sait plus trop s’il relève de la tradition ancestrale ou s’il a tout inventé.

Ce n’est pas nouveau, Michel Ocelot fait ce qu’il y a de mieux, avec quelques Japonais des studios Ghibli (Miyazaki), ou Européens dans le monde restreint des artistes du cinéma d’animation. Les Américains comme Lasseter des grands studios cherchent à les rejoindre dans ce registre mais sont encore trop enserrés par la gangue de l’exercice imposé des blockbusters qui sévissent là-aussi. Elevé au Togo, seul petit blanc dans une société noire, Michel Ocelot a saisi cette sensibilité si particulière qui fait qu’on tombe en empathie immédiate avec l’univers de Kirikou, petit héros unique et singulier dans sa propre micro société. L’identification fonctionne d’emblée pour les enfants ; la magie, une anagramme du mot image, opère automatiquement sur les adultes (à moins d’être un peu bas du front). Pourquoi Kirikou est-il si petit à l’échelle des adultes, et si malin, et plus intelligent que les adultes de son village ? Vecteur de toute la philosophie de la sagesse (un terme étymologiquement redondant), Kirikou et les hommes et les femmes, développe comme autant de fables de la Fontaine ses quatre histoires tout au long d’une heure trente du film. La Fontaine mais aussi Goscinny  et Uderzo avec un Astérix que serait Kirikou et ce village d’irréductibles Gaulois transposé au cœur de l’Afrique. Ocelot le grillot nous raconte de belles histoires, et nous fait découvrir de nouvelles facettes de ses personnages et de son précipité de société dans ce village. Le statut de la femme fait son entrée (la maman de Kirikou qui ne peut jouer de la flute sans choquer ses voisins). Et puis, cerise sur le gâteau, on découvre une sorcière Karaba (personnage récurrent) qui a un cœur au-delà de la méchante mégère qui terrorise le village.

Eric Séveyrat




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide