Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Cinéma - Portrait/Maurice Garrel : la face cachée

le - - Culture et loisirs

Cinéma - Portrait/Maurice Garrel : la face cachée
Près de 60 films au compteur de l'Isérois Maurice Garrel, ici dans une séquence de « La maison des Bories », tourné à Sisteron en 1971

Pas moins de 57 films (certains signés Marcel Carné, François Truffaut, Costa-Gavras, Edouard Molinaro, Claude Lelouch, Claude Sautet, Claude Chabrol…), une trentaine de téléfilms et autant de pièces de théâtre jalonnent la carrière de Maurice Garrel.

Disparu il y a un an, à l’âge de 88 ans, le comédien était natif de Saint-Gervais. « Pas le Saint-Gervais des pistes de ski mais un autre moins en altitude et plus quelconque, en Isère » a-t-il confié à notre confrère Jacques Morice qui publie chez Stock sa biographie (« Maurice Garrel, le veilleur ». Dans ce bourg du Bas Grésivaudan, où son grand-père « était un paysan devenu riche en créant une coopérative », le jeune Maurice était élevé par sa mère, son père, ancien combattant de 1914-1918,  mourant alors qu’il n’avait que 4 ans. La veuve et ses enfants s’établissaient d’abord à Claix, « Dans une petite ferme toute simple »,  puis à Décines, près de Lyon où  « Il y avait une cour triste avec des platanes ».
Espérant vivre mieux, les Garrel rejoignaient des parents fixés au Maroc. Maurice, qui avait « la nostalgie des prairies vertes de Claix », ne se doutait pas dans quelles circonstances il les reverrait. En 1942, les Américains débarquaient au Maroc. Il avait 19 ans. Mobilisé dans l’armée US, ce fut la campagne d’Italie, la libération de Rome, le débarquement en Provence puis l’arrivée à Grenoble et de brèves retrouvailles avec son frère Jean, un résistant du Vercors. La fin du conflit, c’est à Tübingen, en Allemagne, qu’il l’apprend. Un bref séjour à Grenoble avant de « monter à Paris » où, après les cours de Charles Dullin et de Jean Dasté, débute une carrière qui transite par la Comédie française où Maurice sera pensionnaire. Puis le plein de seconds rôles au cinéma, deux nominations aux César et une descendance (Philippe, Louis, Esther) qui continue de faire briller le nom de Garrel sur les écrans.

Jacques Savoye




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide