Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Cinéma - The descendants, d’Alexander Payne, avec George Clooney, Beau Bridges…

le - - Culture et loisirs

Cinéma - The descendants, d’Alexander Payne, avec George Clooney, Beau Bridges…
Famille recomposée sur elle-même Les bons films ne véhiculent pas souvent que de bons sentiments. The descendants fait partie de ceux-là tout en rejoignant ce qu'on pourrait appeler une fresque (pas lourdingue du tout) autour de la question du pardon. Ouh là là !

Si l’on dit que le film se déroule dans le temps précis des quelques jours de l’agonie d’une femme, beaucoup de spectateurs ne mettront pas le bout d’un orteil dans la salle.

Et pourtant, le réalisateur Alexander Payne (Sidewyas) a réuni quelques ingrédients tout à fait attirants, en dehors de George, dans toute sa maturité. A commencer par Hawaï filmée de l’intérieur, ce n’est pas si fréquent (depuis Magnum et Tom Selleck !) ; mais aussi des sentiments de haine intra familiaux à l’égard d’une personne en train de mourir (aïe !) ; ou encore des situations cocasses au fil des tribulations d’une petite famille recomposée sur elle-même, après avoir été brinquebalée par les absences d’un père, les frasques d’une mère...Clooney en père de famille déboussolé joue à l’européenne, c’est-à-dire qu’il ne décoche pas une droite à tout ce qui bouge dès qu’il a un problème. C’est peut-être ce qu’il y a de plus plaisant à le voir évoluer, il intériorise : un acteur quoi ! Le côté saga d’une famille hawaïenne nous fait plonger dans les racines de la société locale, et nous en fait comprendre la complexité à l’image de celle de territoires tels que Tahiti ou les Antilles pour nous autres, Français. Payne ne s’appesantit pas sur la question, et c’est plutôt plaisant. Le cinéaste de « Sideways » a réussi à ficeler un scénario à suspens. Il mène et mêle parallèlement l’histoire intime de la famille et celle de l’archipel. C’est très réussi de ce point de vue-là. Cette petite tribu improbable reconstituée par raccroc en quelques jours est attendrissante et drolatique, et tellement américaine. La morale qu’on pourrait tirer de tout cela, c’est qu’on est plus fort et soudé dans les épreuves et qu’une vraie famille américaine est « potato coach ! » (frites et canapé) ou plutôt « ice cream coach !» (crème glacée et canapé) dans le cas d’espèce ! The descendants mène de front comédie familiale et tragi-comédie très américaine, et n’a rien d’un produit pré fabriqué ou prétentieux, c’est déjà pas mal.

Eric Séveyrat


[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=l1n3Pd5ruSk[/youtube]


MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide