Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Collectivités - Michel Mercier : « Il nous est apparu nécessaire d’atteindre la taille critique »

le - - Actualités

Collectivités - Michel Mercier : « Il nous est apparu nécessaire d’atteindre la taille critique »
L'ancien ministre de l'Aménagement du territoire s'est inspiré du modèle des grandes villes qui fonctionnent par arrondissement autour d'une grande mairie (© A.S. ; Archives)

La fusion des cinq communes remonte à tout juste 9 mois.

Quel est le premier bilan de la mise en place de la nouvelle organisation ?

Les principaux objectifs recherchés étaient de faire des économies d’échelle au niveau des achats, de mutualiser nos moyens et d’atteindre une taille critique. Objectif : avoir accès à certains réseaux auxquels chacune des cinq petites villes membres était exclue jusqu’ici. Avec ses 6 500 habitants, Thizy-les-Bourgs peut désormais participer au travail de réflexion mené par les villes de taille similaire, comme Saint-Flour en Auvergne... Elle peut travailler avec la Datar. Elle a été retenue par la procédure Agenda 21, le dispositif de reconnaissance animé par le ministère de l’Ecologie accompagnant les projets territoriaux de développement durable.  Enfin, la nouvelle commune est éligible aux fonds européens.
S’il est encore tôt pour tirer des conclusions, les premiers résultats se sont manifestés dès la fusion parce que les élus et les agents des cinq communes avaient entrepris un travail en amont et qu’ils se côtoyaient déjà à travers les syndicats intercommunaux et la gestion des équipements sportifs et culturels. Parmi les premiers exemples concrets figurent les travaux de la salle multi-usages à Mardore, de deux salles de sports, une tranche de travaux au Musée de Thizy… Le tout grâce à un financement global sans faire appel à l’emprunt. Concernant les économies, une commission des achats représentant les cinq communes se réunit chaque semaine. La procédure de commandes en volumes plus importants permet de réduire la facture et de réaffecter les économies réalisées à l’amélioration des services.

Les citoyens peuvent-ils conserver la même relation avec leur mairie ?

Chaque mairie a conservé son secrétariat et son accueil. Les communes déléguées fonctionnent comme un guichet unique pour toutes les compétences de la commune nouvelle comme celles qui leurs sont propres. Le dispositif est respectueux de l’identité de chacune tout en permettant à chaque habitant une égalité d’accès aux services publics. La loi Marcellin avait d’ailleurs échoué parce qu’elle avait été estimée trop rigide et trop peu respectueuse des particularités locales.

Cette initiative, qui reste un cas isolé en France, a été initiée par l’ancien ministre de l’Aménagement du territoire que vous avez été. Elle est le fruit de votre expérience ?

Une organisation comme celle en vigueur à Paris, à Lyon ou Marseille m’a semblé pouvoir donner un nouveau souffle aux communes nouvelles. Tous les maires étaient convaincus que nos collectivités devaient modifier leur cadre institutionnel pour s’adapter à un monde en train de changer. Il nous est apparu nécessaire d’atteindre la taille critique pour préparer l’avenir et assurer le développement de notre territoire. Il s’agit du regroupement volontaire de communes d’une grande proximité géographique qui avaient dans les faits déjà l’habitude de travailler ensemble. Manquait cette taille critique pour disposer de moyens adaptés et d’une plus grande force de frappe.

Propos recueillis par Aline Vincent




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide