Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Conseil des prud’hommes de Lyon - Bilan mi-figue, mi-raisin

le - - Actualités

Conseil des prud’hommes de Lyon - Bilan mi-figue, mi-raisin
(©Michel Godet)

On le sait, les prud’hommes ont alternativement à leur tête un représentant du collège employeurs et un du collège salariés.

Cette année, c’est Bernard Augier, représentant les salariés, qui prend en main la présidence, dévolue l’année dernière à Patrice Duret. Ce dernier n’étant pas candidat, c’est Pierre Vion qui le remplace en devenant ainsi le nouveau vice-président de la juridiction du travail.
Détaillant le bilan 2011, le procureur Marc Désert a noté une évolution des affaires nouvelles (6 856 contre 6 717), évolution prégnante dans la section industrie. Le nombre affaires terminées étant quant à lui également en augmentation (6 464 contre 6 117). Par contre, la durée des affaires terminées passe en moyenne de 18,3 à 18,6 mois (plus de vingt mois pour la section com¬merce). On comprend donc par la même que tout cela n’a pas permis de « dégonfler le stock d’affaires » (9 599 contre 9 166). Quant à l’ancienneté moyenne des affaires en cours, elle est passée de 12,7 à 14,3 mois (par exemple, 30 % des affaires sont enrôlées depuis 12 à 24 mois et 51,7 % depuis moins d’un an).
Autre écueil, un effectif insuffisant pour ne citer que celui des fonctionnaires du greffe, 32 en 2008 contre 30 en 2011, malgré une augmentation de 12 % des affaires nouvelles. Satisfaction par contre sur le nombre d’appels infirmés, en baisse à 11 %. Alors que Bernard Augier salue son prédécesseur, il note également l’injustice et la discrimination du montant de 35 € qui doit être versé pour enrôler une affaire, aux prud’hommes, comme dans les autres juridictions.
Le remplaçant de Patrice Duret, Pierre Vion, est âgé de 62 ans, conseiller prud’homal depuis 1997, et peut s’enorgueillir d’un passé d’entrepreneur mornantais. Il souhaite entretenir le dialogue social entre les deux collèges, mais aussi « revisiter » la formation des 282 conseillers répartis en cinq sections et l’adapter davantage au monde économique actuel. Bien entendu, pour lui, comme pour le président actuel, l’augmentation du nombre des greffiers est de rigueur.

Michel Godet




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide