Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Conseil national des barreaux - Une convention mi-figue mi-raisin

le - - Actualités

Conseil national des barreaux - Une convention mi-figue mi-raisin
Me Myriam Picot (© AS)

Quelque 5 000 avocats étaient réunis pour la circonstance re¬présentant 153 barreaux.

Parmi ces derniers, celui de Lyon a fait forte impression avec une délégation de 200 avocats, sous la conduite de Me Myriam Picot, leur bâtonnier en exercice. Parmi ces robes noires lyon¬naises, Me Picot remarque avec satis¬faction que, non seulement beau¬coup de « ténors » étaient présents, mais également de très nombreux jeunes confrères.
Autant dire que cette présence dénote de l’intérêt de ces derniers pour la vie de la pro¬fession, de son évolution, mais aussi de leur souhait de rencontrer des confrères d’autres barreaux, dans un réel esprit d’ouverture, certes, comme de « réseautage ». Sur l’or¬ganisation de ce congrès, d’aucuns regrettent cependant la durée (deux jours et demi) et le nombre trop im¬portant d’ateliers de travail au détri¬ment des plénières.
C’est justement lors de l’une elle qu’un hommage appuyé a été rendu à Robert Badinter, l’année même où l’on fête le 30e anniversaire de l’abo¬lition de la peine de mort.
Quant aux sujets de fond abordés, la récurrence est toujours de mise avec la QPC (Question prioritaire de constitutionalité), l’inter-profes¬sionnalité, le périmètre du droit, l’aide juridictionnelle, l’acte d’avo¬cat ou encore la place des femmes de plus en plus nombreuses dans la profession. A ce sujet, notons que le bâtonnier de Lyon a co-animé le « women’s forum ».
Autre fer au feu, plus délicat celui-là, celui du salariat des avocats en entreprise dont Bruxelles se fait lar¬gement écho ces derniers temps. « On est inquiet car on a le senti¬ment que Bercy est prêt à apporter un projet clé en main qui ne va pas dans notre sens » remarque Myriam Picot.
Quant au discours de clôture de Mi¬chel Mercier, garde des Sceaux et pré¬sident du conseil général du Rhône, il semble qu’il ait été confronté pour une fois à une atmosphère pour le moins tendue, voire houleuse. Ce qui, à n’en pas douter, n’est pas dans l’habitude du ministre de la Justice.

Michel Godet




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide