Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Critique ciné : Hollywoo, avec Florence Foresti, Jamel Debouzze.

le - - Culture et loisirs

Critique ciné : Hollywoo, avec Florence Foresti, Jamel Debouzze.
Pour en finir avec Hollywoo ! Pas la peine de se lancer dans des dissertations avec Godard (Pour en finir avec cinéma ! etc) à propos d'Hollywoo, un film qui tout compte fait-ne compte pas ! Mais puisqu'on est entré dans la salle par hasard, autant s'interroger de savoir pourquoi les réalisateurs (Frédéric Berthe, Pascal Serieis) - ont choisi le meurtre symbolique de tout ce qui fait rêver le monde depuis 100 ans : Hollywood !

Oter son « d » final à Hollywood, c’est lui couper la tête.

C’est aussi transformer le mot en Hollyvou ! ou holly-ouh la honte ! Dommage que les acteurs de cette triste daube n’aient été (c’est bien humain !) attirés que par un cacheton qui a dû être confortable. C’est décevant mais les acteurs ont faim comme tout le monde! Notons que pour l’assassinat d’Hollywood, on a choisi un scénario mettant en scène une actrice de série télé. C’est l’exact antithèse de « The Artist » d’Hazanavicius, avec Dujardin, qui concourt précisément pour les Oscars, opus  qui n’a pourtant pas que des qualités, mais lui, au moins a la qualité de la pudeur, et évite la vulgarité, les clichés, les grosses ficelles, la misère de mise en scène et de scénario, les clins d’œil démagogiques et populistes. Hollywoo aligne tout cela et pire encore. Jamel Debbouzze devait certainement avoir une fin de mois difficile avec ses impôts, (ou un projet à produire du côté de l’excellent Jamel Comédie Club), pour accepter Hollywoo, et se ridiculiser à un tel point. Florence Foresti tient l’un des très rares premiers rôles qu’une femme ait tenu dans une comédie, c’est une bonne raison (pour sa carrière seulement et encore !) d’avoir fait le film.  Mais un peu de pitié pour le pauvre spectateur ! Affligé devant ce festival de singeries des grands anciens. Florence Foresti n’a pas d’identité d’actrice autre que ses tics piqués à De Funés, à Maillan, à Robin (qui joue dans le film). Quant au film, tout y passe : les images d’Epinal sur les Etats-Unis avec ses gros rapeurs noirs et musclés, sur le milieu d’Hollywood avec ses piscines, ses limousines, ses stars capricieuses et pourries-gâtées…Seules 15 secondes de tendresse (Jamel n’est pas n’importe qui !) entre les deux loustics qui tiennent l’écran (à la fin malheureusement !), survivent à la surface de cet océan de niaiseries. Mieux vaut revoir l’inénarrable et sensible Tootsie (1982) de Sydney Pollack avec Jessica Lange et Dustin Hoffman, qui va jusqu’à se travestir en femme pour conserver un rôle dans une série télé. N’empêche que Hollywoo fout sacrément la honte au cinéma français, puisqu’on en parle !

Eric Séveyrat

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xm50h2_hollywoo-bande-annonce-full-hd-avec-florence-foresti-jamel-debbouze_shortfilms[/dailymotion]





MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide