Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Cultes et Etat : un dialogue multilatéral

le - - Actualités

Cultes et Etat : un dialogue multilatéral
Les trois grandes religions monothéistes étaient représentées (©AS)

« Malraux disait : « Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas ».

Malheureusement, il avait raison… Chacun sait ce que les intégrismes peuvent avoir de mauvais Nous avons besoin de ce lieu pour nous parler en multilatéral et pour parler ensemble à l’extérieur. Dire à ceux qui ne veulent pas que l’on vive ensemble : arrêtez, vous n’êtes pas la France, vous n’êtes pas dans le droit fil de notre façon de penser ». Installant la conférence départementale de la laïcité et de la liberté religieuse, le préfet Carenco a fait part de son inquiétude : « Cette laïcité, je la sens menacée dans le Rhône. Je ne suis pas content quand je dois intervenir face à des manifestations imbéciles, quand je vois des agressions commises par des membres d’une communauté envers une autre… […] Mettons nous ensemble pour faire taire les imbéciles, les obscurantistes, les diviseurs, les incultes… ».
Un programme auquel se rallient bien volontiers les représentants des principales religions même si la notion de laïcité est quelquefois difficile à appréhender : « Le concept est clair mais l’idée que les gens s’en font ne l’est pas. Parfois, c’est devenu une laïcité de combat », estime le cardinal Barbarin, archevêque de Lyon qui propose de « nous en tenir aux lois de la République ».

« La laïcité est devenue une quatrième religion »

« Etre religieux devient quelquefois suspect, encore plus si l’on est musulman », déplore quant à lui Kamel Kabtane, recteur de la grande mosquée de Lyon : « Je sens que la laïcité est devenue une quatrième religion qui vient s’opposer aux trois autres ». Pour Richard Wertenschlag, le grand rabbin de Lyon et de la région Rhône-Alpes centre, « l’Etat a besoin des religions et les religions ont besoin de l’Etat ». Le tout est de « savoir séparer le pouvoir spirituel et le pouvoir politique ».
Deux maires étaient présents lors de cette réunion, apportant leur témoignage de terrain sur les questions de laïcité et de liberté religieuse. Ainsi, pour Guy Barret, le maire de La Mulatière, il est facile de tenir de beaux discours consensuels sous les lambris de la préfecture mais « mettre cela en musique, sur le terrain, ça n’est pas facile ».
Pour le maire Michèle Picard, « Vénissieux est fière d’être une ville multiculturelle et multi-cultuelle. Un maire n’a pas à se poser la question de la religion de celui qui est en face de lui ». Se rappelant de son enfance dans les années 70 dans son quartier des Minguettes : « Le vivre-ensemble avait un sens, on ne posait pas la question de sa religion… Qu’est ce qui a changé dans les préceptes religieux pour que l’on mette en avant son appartenance religieuse ? ».
Et le cardinal Barbarin de répondre à Michèle Picard : « En quoi est-ce gênant que les enfants parlent de leur religion ». Il est vrai que ce ne sont pas les pratiques religieuses, de toutes confessions, qui posent problème en tant que telles, du moment que celles-ci sont respectueuses des autres confessions, des lois de la République et de l’être humain en général.
Quoi qu’il en soit, cette conférence départementale a vocation à se réunir deux fois par an et les participants se sont mis d’accord sur la constitution de quatre groupes de travail : la création, l’entretien et l’utilisation des lieux de culte ; les aumôneries dans le service public ; les espaces confessionnels dans les cimetières ; les conditions de la laïcité dans l’Education nationale. Rendez-vous au prochain épisode…

Fabien Rivier




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide