Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Dans le souffle de la Biennale d’art sacré

le - - Culture et loisirs

Dans le souffle de la Biennale d’art sacré
La Biennale d'art sacré actuel, 8e édition, se tient du 23 septembre au 17 décembre, à l'espace Confluence Polycarpe, rue René Leynaud, à Lyon. Cette exposition de 33 artistes plasticiens contemporains sur le thème choisi cette année « Le souffle », est enrichie pour cette nouvelle édition d'une exposition complémentaire itinérante et de nombreuses autres expressions artistiques, de la musique à la danse. Le père Michel Durand, commissaire de l'exposition en présente la teneur.

D’où vient cette biennale d’art sacré qui va connaître sa 8e édition ? La biennale d’art sacrée est venue d’une demande des artistes que je rencontrais à la galerie que nous tenions rue Saint-Jean liée à la pastorale des réalités du tourisme et des loisirs.

D’où vient cette biennale d’art sacré qui va connaître sa 8e édition ?

La biennale d’art sacrée est venue d’une demande des artistes que je rencontrais à la galerie que nous tenions rue Saint-Jean liée à la pastorale des réalités du tourisme et des loisirs. Beaucoup de peintres reconnaissaient avoir du mal à présenter leurs oeuvres à caractère spirituel. Cette exposition biennale répondait à leur désir d’un lieu pour exprimer leur travail.
Le biennale se tient depuis la dernière édition à Saint-Polycarpe, dans l’église sur deux étages, et circule dans les salles voisines de l’espace culturel.

Cette biennale est placée sous le patronage de l’Eglise de Lyon.

Elle est fortement rattachée au service d’Eglise « arts, cultures et foi », un service tourné vers les artistes, les affaires culturelles de l’Eglise de Lyon en quelque sorte.

Comment réunissez-vous les artistes de l’exposition ?

Par l’intermédiaire des professionnels, à travers la Mapra, Maison des arts plastiques Rhône-Alpes notamment, nous lançons un appel d’offres avec un cahier des charges et une présentation du thème choisi, cette année « Le souffle ». Chaque artiste candidat doit être en mesure de présenter trois œuvres. Cette année 200 dossiers de candidatures nous sont parvenues. Nous en avons sélectionné 32. En plus de ces 32 artistes, tous les ans nous avons un invité particulier, cette année, c’est l’œuvre de Pierre Clément, artiste décédé que nous mettons à l’honneur.

Qu’entendez-vous par oeuvres spirituelles ou art sacré ?

C’est pour moi ce qui représente une élévation de l’être humain, ce qui provoque un aboutissement un épanouissement humain. Une œuvre qui exprime à tout le moins une foi dans la grandeur de l’homme.

Vous avez choisi un thème « Le souffle ». Qu’est que cela signifie ?

Le souffle, c’est un thème très humain et très biblique. Le souffle, c’est l’homme qui respire et au bout de son existence va rejoindre le souffle qui fait vivre l’être humain. Le souffle, c’est ce qui anime et ce qui conduit à la divinité. Tous les artistes n’ont pas traité de la même façon ce thème. Ce qui est intéressant dans cette exposition, c’est l’image, la photographie que donnent les artistes à travers leurs œuvres de l’état d’âme de notre société, autrement dit là où on en est de notre humanité.

Que nous disent donc ces artistes ?

A mon sens que l’homme est en recherche, en attente, il veut respirer, conscient que dans une respiration constructive il va s’épanouir. C’est l’aspect de recherche qui ressort dans cette exposition. Personne n’est sûr, on est dans le doute et pas dans l’affirmation. C’est la fragilité du souffle que je ressens. Les artistes nous invitent à être vrais avec nous-mêmes et non à nous dire voilà le chemin.

La biennale s’ouvre cette année à d’autres formes d’expression, ce sera le cas au cours de la messe des artistes sera un grand moment de la biennale ?

Au cours de la messe des artistes nous aurons en effet toutes les expressions artistiques, danse, avec la compagnie Michel Hallet-Eghayan, piano, arts plastiques, une performance en arts plastiques de l’artiste Catherine Vigier. Ils répondront à la question qu’est-ce que les artistes nous disent du monde d’aujourd’hui ?

La biennale s’exporte dans d’autres lieux d’exposition ?

Oui, sous la forme d’une exposition tournante hors les murs dans trois lieux à Lyon et Brignais. Nous y présentons des œuvres de plus petite taille des mêmes artistes sélectionnés pour l’exposition de Saint-Polycarpe. Entre 20 ou 30 pièces selon les lieux d’exposition.

Recueilli par Daniel Brignon




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide