Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

L’Apollonide, souvenirs de la maison close, de Bertrand Bonello - Le plus dur métier du monde

le - - Culture et loisirs

L’Apollonide, souvenirs de la maison close, de Bertrand Bonello - Le plus dur métier du monde
L'Apollonide, Souvenirs de la maison close fresque étonnante et épatante de Bertrand Bonello, fera date dans le cinéma français de ces dernières décennies, car son sujet, peu traité, l'est trop souvent sous l'angle judiciaire (La Balance) ; misérabiliste (La Dérobade) ou documentaire (Mireille Dumas, Mireille Darc).

Bonello inspiré par le livre de Laure Adler (Les Maisons closes) a réussi un film émouvant, captivant, passionnant sur une facette de la vie fin 18 è et des années 1900.

On peut ajouter le qualificatif troublant, car Bonello fait très bien le « go-between » avec notre époque, les trottoirs des boulevards des grandes villes qui ont remplacé les maisons closes mais rien n’a changé. Il a oublié les maisons closes numériques, mais ce n’était pas son sujet.
Un petit côté « années 70 » de L’Apollonide passe par la musique soul qui revient de temps à autre, et donne une modernité prégnante, de sorte qu’il est impossible de se dire « C’est une autre époque, cela n’existe plus… ». Oui, Marthe Richard a fait fermer les maisons closes en 1946, était-ce une ou une mauvaise bonne chose ? Vaste débat, hors cadre du cinéma. Et en prime, Bonello réussit un film très esthétique, d’une beauté formelle très inspirée des impressionnistes de Manet à Renoir, et par le mythique film de son fils Jean Renoir, Une partie de campagne, pour la magnifique séquence de la « sortie » des filles.
La Bohème de Puccini accompagne quelques scènes d’une beauté tragique renversante, avec la « femme qui rit » au cœur de l’intrigue, avec quelques images assez dures. Les personnages de prostituées sont toutes intelligentes et instruites, on est dans le luxe, la culture, la beauté, mais cela ne change rien à l’humiliation des corps et des êtres, à leur aliénation à un système de proxénétisme « doux » mais impitoyable pratiqué par une femme, elle-même ancienne prostituée, et mère de deux enfants…là encore, la règle du jeu, comme aurait dit Renoir est clairement posée, tout le monde est là en connaissance de cause, n’ignorant rien des risques du métiers, « p… de métier ».

Eric Séveyrat

A voir




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide