Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

La ville de Lyon fait ses comptes

le - - Actualités

La ville de Lyon fait ses comptes
Richard Brumm (© Ville de Lyon)

Le compte est bon, pour Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon et son adjoint délégué aux finances publiques et à l’administration générale, qui se sont prêtés à l’exercice, à la fois ardu et parfois fastidieux de présentation du compte administratif de la Ville de Lyon, le dernier de la mandature.

Le bilan est largement positif, difficile d’envisager l’inverse à moins d’un an des prochaines élections municipales, d’autant que les élus ont effectué la comparaison avec les autres villes françaises comparables.
Pour faire court, la dernière ligne budgétaire qui finalise la mandature se résume par une hausse modérée des impôts en son début puis par une politique active en termes d’investissement soutenue par une épargne significative et un taux d’endettement raisonnable.
Concrètement puisqu’il convient naturellement de traduire ce bilan en chiffres sonnants et trébuchants, on peut résumer la situation ainsi pour le compte administratif 2012. Dépenses réelles de fonctionnement de 523,3 M€, avec une masse salariale de 302,5 M€  dont les charges se répartissent essentiellement sur les ressources (28 %), la culture et le patrimoine (21 %) et l’éducation (16 %). Côté recettes, celles-ci s’élèvent à 625,5 M€, avec un produit fiscal consolidé en hausse de 2,8 %, en hausse de 3,2 % pour la fiscalité directe, en baisse de 2,5 % pour la fiscalité indirecte.

711 € de dette par habitant

Concernant lesdites recettes, Lyon est en tête du peloton des villes comparable derrière Toulouse et Nice, première en incluant la taxe foncière, avec un taux communal de taxe d’habitation de 21,37 %. La ville dispose en outre d’une manne d’autofinancement élevée.
Sur le front des dépenses d’équipement, l’enveloppe s’élève à 128,2 M€, soit 660 M€ sur l’ensemble du mandat et une moyenne prévisionnelle de 110 M€ par an. les grandes mission principales étant celles de l’éducation avec 35 M€, les espaces publics (23 M€) et les sports avec 20 M€.
Côté dette, là encore, avec 346,9 M€, soit 711 € par habitant, à comparer à une moyenne de 1000 € au plan national pour l’ensemble des communes, la Ville de Lyon semblerait s’en sortir plutôt bien avec une capacité de désendettement de l’ordre de 3,7 ans, qui la place dans une honnête moyenne.

F.S.

Le meilleur des mondes possibles ?

Pas tout à fait car la crise européenne et française, et le remboursement de la dette de l’Etat sont passés par là avec une baisse significative des dotations de l’Etat de l’ordre de 2,5 %, tandis que les droit de mutation sont également en baisse, de l’ordre de 2 M€. La prochaine mandature, qu’elle soit l’issue de des élections, devra donc forcément tenir compte de cette conjoncture. Il pourrait s’en suivre des révisions plus ou moins déchirantes en termes d’investissement, mais c’est une autre histoire...




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide