Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Le canapé de Béria : entre Tintin et Tartarin de Tarascon

le - - Culture et loisirs

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xl7o79_regard-107-claude-quetel-le-canape-de-beria-rlhd-tv_creation#from=embediframe[/dailymotion] Qui n’a le souvenir, étant enfant, d’avoir dû subir une visite dans un musée aux vitrines poussiéreuses, mal éclairée, avec un descriptifs écrit sur des fiche au papier jauni ? La façon dont les musées conçoivent aujourd’hui leurs espaces a bien changé.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xl7o79_regard-107-claude-quetel-le-canape-de-beria-rlhd-tv_creation#from=embediframe[/dailymotion]

Qui n’a le souvenir, étant enfant, d’avoir dû subir une visite dans un musée aux vitrines poussiéreuses, mal éclairée, avec un descriptifs écrit sur des fiche au papier jauni ? La façon dont les musées conçoivent aujourd’hui leurs espaces a bien changé. L’attention portée à la muséographie, autrement dit la mise en scène des expositions, s’efforce de susciter l’intérêt, si ce n’est l’engouement du public. Il faut donner à voir du spectaculaire pour donner envie aux visiteurs de se déplacer, tout en respectant le souci de l’historien qui souhaite  mieux faire comprendre une époque, sans pour autant devenir un simple animateur, un « amuseur ».

Dans son ouvrage paru en 2011, Le canapé de Beria, l’historien Claude Quétel fait revivre la chasse à l’objet qu’il a mené en sa qualité d’ancien directeur scientifique du Mémorial de Caen. Situé non loin des plages du Débarquement, le musée traite de la période de la Seconde Guerre mondiale et sur la Guerre froide, sujet encore peu abordé. Entre « Tintin et Tartarin de Tarascon », pour reprendre son expression, Claude Quétel  a notamment parcouru les pays de l’Est et les Etats-Unis à la recherche d’objets pouvant représenter des moments cruciaux de la Guerre froide ou le plus à même de recréer l’atmosphère de  l’époque. L’historien entraine le lecteur à la poursuite du téléphone, de pans du mur de Berlin, d’un Mig21, d’un morceau de l’avion espion U2 abattu au dessus du Cuba ou encore d’un exemplaire d’une bombe atomique. Car seul l’objet authentique l’intéresse, refusant (autant que possible) les copies et autre fac similé.

L’ouvrage, assez passionnant, relate avec humour ces aventures. Sous-titré « Mémoires d’un chasseur d’objets », il invite également à se poser la question de ce qu’EST un objet historique. A partir de quand le devient-il et pour quelles raisons ? Comme les vrais morceaux de la croix du Christ, les musées regorgent de « véritables » chapeaux de Napoléon. Qu’est-ce qui en fait la valeur, sans tomber dans un fétichisme stérile ?

L’historien s’interroge également sur le musée de l’Histoire de France voulu par l’ancien président de la République. Quels objets pourra-t-il abriter, en puisant dans les collections ou les réserves de quels autres musées ?

Mathieu Ozanam

Le Canapé de Béria, Claude Quétel, JC Lattès, 18 €.




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide