Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Le film de la semaine : Repris de justesse (9 mois ferme d’Albert Dupontel)

le - - Culture et loisirs

Le film de la semaine : Repris de justesse (9 mois ferme d’Albert Dupontel)
Albert Dupontel et Sandrine Kiberlain (D.R.)

Albert Dupontel revient avec une comédie énervée et tendue comme lui, enlevée et rythmée…le plus étonnant dans  9 mois ferme , ce n’est pas le scénario, pourtant assez cocasse, ce serait la mise en scène, et l’esthétique Dupontel.

Des lumières et des contre-jours, des couleurs, des ambiances…on l’avait déjà remarqué dans Le Vilain (2008), ici cela saute aux yeux. On passe sur les délires gore du découpage du vieux monsieur qui sont de trop, trop ados ! La cinquantaine de Dupontel (en janvier prochain) lui réussit, si elle lui apporte la maîtrise, elle lui ôte toutefois un peu de sa folie légendaire : une fin conventionnelle, quelques images convenues autour du thème « Lorsque l’enfant paraît... ». Avec ses imperfections, ses lourdeurs parfois, le film donne de grands moments d’acteurs, dont celui de l’avocat d’assises bègue (Nicolas Marié) mais néanmoins lyrique qui restera dans les annales. A voir aussi la scène d’ouverture de la soirée réveillon du barreau, avec un souci du détail très « chiadé ». Le pouvoir comique de Sandrine Kiberlain est définitivement confirmé, l’actrice a trouvé son emploi : les grandes duduches coincées un peu innocentes et décalées (cf Tip Top, dernier film en date, où elle partage l’affiche avec Isabelle Huppert). Les participations de Dujardin (A ne pas louper, on n’y fait pas forcément attention sur l’écran) et de Terry Gilliam « pose » la marque comique du réalisateur. Au-delà des numéros d’acteurs et de la situation (une juge d’instruction stricte et célibataire se retrouve mystérieusement enceinte…) Dupontel assoit son style entre Francis Weber et Jean-Pierre Jeunet avec le mordant en plus que n’ont pas le premier ni le deuxième. Il aimerait toutefois lorgner du côté des Monty Python, mais son cinéma s’il contient la dose indispensable de dérision et de subversion, n’est pas intello, dommage !

Eric Séveyrat




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide