Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Le pays de Tarare veut désormais miser sur le tourisme

le - - Actualités

La collectivité a créé cette vice-présidence car elle souhaite intégrer cette activité à l’économie locale.

« Nous n’avons pas la mer, ni la montagne » indique encore Jacques Larrochette, « mais nous avons des paysages extraordinaires ». Oui mais voilà, le pays de Tarare part de zéro. L’office de tourisme, porté par des volontaires, renseigne seulement les locaux. L’offre d’hébergement est quasiment nulle en comparaison du Beaujolais rouge qui regorge de chambres d’hôtes ; les promenades ne sont pas répertoriées…
Pour prendre les choses dans le bon ordre, la communauté de communes du pays de Tarare a recruté une chargée de mission, Cécile Despalles, qui a commencé par établir un diagnostic touristique du territoire. Diagnostic restitué aux élus mi-mars et présenté aux acteurs existants du tourisme il y a quelques jours. Ce diagnostic confirme les faiblesses actuelles : le territoire regroupe 0,8 % des lits touristiques du département et les activités existantes sont davantage orientées sur les loisirs que sur le tourisme (centre nautique par exemple). Bref, le poids du tourisme est infime. A côté, les régions de L’Arbresle, d’Amplepuis ou du Bois-d’Oingt ont déjà toutes développé quelque chose.
Le diagnostic a posé plusieurs enjeux. D’abord, la nécessaire communication sur le pays de Tarare comme destination touristique. Ensuite, une bonne connaissance des attentes des visiteurs potentiels. Puis, le développement d’une offre innovante, accessible, durable et qualitative. Enfin, la création des outils de promotion. Une brochure touristique par exemple ainsi qu’une signalétique adaptée afin d’encourager le visiteur à demeurer sur place.
Tout cela nécessite bien sûr un travail en réseau de tous les acteurs actuels et futurs. Une deuxième phase va débuter. Des groupes de travail vont être constitués pour chercher des idées et trouver des actions à développer. Pour Jacques Larrochette, la région a du potentiel : « Nous avons des fermes équestres, des circuits pédestres et VTT, de beaux paysages et des événements. » La Fête des mousselines n’a lieu que tous les cinq ans mais la Semaine gourmande du beaujolais est organisée chaque année, par exemple. Le caractère beaujolais devrait d’ailleurs être mis en avant.
Reste à trouver la recette pour faire prendre la mayonnaise. L’objectif est de concrétiser les premières actions pour l’ouverture de l’autoroute, début 2013.

Alban Razia




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide