Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Les fringues des Magnauds

le - - Territoires

Les fringues des Magnauds
Avec « Made in Dauphiné », Laurent Gourmanel conjugue avec humour l'histoire de notre province, sans omettre les jurons qui, comme « Nom de Gu », semblent offusquer son jeune fils

Depuis 2007, l’association « Made in Dauphiné » entend mettre en valeur le patrimoine régional.

Pour ce faire, elle édite des tee-shirt humoristiques à vocation pédagogique : les fringues des Magnauds.


Tout est parti d’une rencontre avec les cousins de Savoie, du 73. « Nous nous retrouvons une fois l’an. Afin de nous distinguer, j’ai eu l’idée de floquer nos maillots d’une façon spécifi que, à la manière dauphinoise. L’idée a fait son effet chez quelques copains. Ainsi est née notre association, Made in Dauphiné », explique Laurent Gourmanel. Imprimées sur des tee-shirt, les expressions bien de chez nous prennent soudain une dimension d’autant plus originale que chaque vêtement est complété par une étiquette pédagogique qui explique le texte ou la phrase imprimés sur le torse du porteur. Ainsi, l’invitation à sacrifier à la « chomée » n’a pas le moindre rapport avec Pôle Emploi. Il s’agit d’une sieste réparatrice, version locale du « pénéqué » provençal. De même, le tee-shirt souhaitant que soit légalisée la petafine n’est pas en marge de la loi : il fait la promotion de ce fromage de chèvre fermenté dans le vin blanc (concurrent local de la cervelle de Canut), dont Aimée Blanc- Rouat détaille la recette dans son livre « Mots d’hier, Mots d’aujourd’hui » (Editions Mario Mella).« Nous avons débuté avec 8 séries de tee-shirt. Aujourd’hui, nous en avons 25, pour homme, femme et enfant, de toutes les tailles jusqu’au XXL », explique Laurent. Si le tee-shirt à l’emblème du « Dauphinois gratiné » fait recette, d’autres modèles s’exportent là où l’on ne les attendait pas. « Le maillot de Mandrin est vendu en Aveyron, notre bandit au grand coeur étant connu là bas. De même, un tee-shirt barré de l’interdiction « Doryphores : non merci » connaît un franc succès dans la Loire où l’on voit d’un mauvais oeil l’invasion des Lyonnais », poursuit celui qui n’a pas hésité à éditer un ballon de rugby affi rmant « CSBJ brûleur de LOU », en référence au XV de Lyon, candidat au Top 14. De quoi justifi er, sur un autre chandail, ce « Nom de Gu », fameux juron du Grésivaudan. La fée Mélusine, chère aux Dauphinois, la tomme de Saint-Marcellin, la noix et son huile, le matefaim (une crêpe qui colmate l’estomac !) mais encore le chevalier Bayard, Frédéric Dard et Hector Berlioz sont honorés par les fringues des magnauds (les paysans) qui rappellent qu’en 1430 la bataille d’Anthon signa l’indépendance de notre province. Bref, on l’aura compris : avec Made in Dauphiné (présent dans les offices de tourisme), l’histoire régionale se conjugue avec humour. Et, via le net, elle s’exporte au-delà des trois départements qui forment le Dauphiné : à Paris, [caption id="attachment_1762" align="alignleft" width="300" caption="Avec « Made in Dauphiné », Laurent Gourmanel conjugue avec humour l’histoire de notre province, sans omettre les jurons qui, comme « Nom de Gu », semblent offusquer son jeune fils"][/caption] en Alsace et même en Corse !




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide