Fermer la publicité

Les huissiers avancent mais prudence

le - - Vie juridique

Les huissiers avancent mais prudence
Claude CHEVIN

A l'instar des autres professions juridiques, les huissiers de justice s'activent à la numérisation de leur process pour pérenniser leur métier. Réunis en assemblée générale à Lyon le 6 octobre, les Chambre de l'Ain, de la Loire et du Rhône ont été sensibilisés à ces enjeux de digitalisation embrassés par leur instance nationale très active sur le sujet.

Patrick Sannino, président de la Chambre nationale des huissiers de justice n'y est pas allé par quatre chemins : « Je suis assez proche du pouvoir pour vous affirmer que si nous ne nous mettons pas au numérique, nous ne pourrons plus officier d'ici 5 ans ». Ce dernier faisant référence à l'actualité qui anime les professions juri­diques : la dématérialisation des procédures et la digitali­sation des outils.

Venu animer l'assemblée générale des instances de l'Ain, de la Loire et du Rhône, P. Sannino, a souhaité mon­trer que l'action de lob­bying qu'il exerce depuis sa nomination en 2014 porte aujourd'hui ses fruits : « L'huissier est une marque reconnue par les pouvoirs publics. Et nous siégeons dorénavant à la table des négociations d'égal à égal aux côtés des autres profes­sions réglementées (NDRL : avocats, notaires, experts-comptables). Question nu­mérisation de nos process, nous sommes clairement en avance par rapport à celles-ci mais il nous faut maintenir ce lead ».

La Chambre nationale des huissiers de justice a pour cela développé une straté­gie numérique en s'entou­rant d'expertises fines issues de différents ministères clés afin de mieux adapter ses outils aux attentes du gou­vernement dont les arcanes restent pas essences dif­ficiles à pénétrer. Dans le même temps, les huissiers, qui réaffirment leur expertise de proximité, ont également sondé leurs clients (parti­culiers et entreprises) pour mieux appréhender les en­jeux de cette digitalisation.

Les huissiers de justice ont d'abord créé en 2001 l'Asso­ciation Droit Electronique et Communication (ADEC) en 2001 afin de mettre à disposition de ses membres l'accès à la dématérialisation en utilisant les échanges de données informatiques et en mutualisant les coûts. Depuis 2016, l'ADEC est une SAS dé­tenue à 99 % par la Chambre nationale des huissiers de justice. De quoi accélérer le développement de diverses solutions : recouvrement à l'amiable, recouvrement des petites créances pour les TPE-PME, plateforme de dépôts de documents en ligne « Nous sommes en ca­pacité de rebondir nous qui sommes considérés comme des bad boy. Notre identité est forte mais pas corpora­tiste, les signaux sont positifs pour une reconnaissance to­tal de notre profession et j'y travail ardemment » a conclu Patrick Sannino.




Fabien RIVIER
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide