Fermer la publicité

Les nouveaux défis du droit

le - - Vie juridique

Les nouveaux défis du droit
Photo : Michel GODET

A l'initiative de Lyon Place Financière et Tertiaire qui vient de fêter ses 30 ans, la 4e édition de la Biennale Business & Droit s'est déroulée à Champagne-au-Mont-d'Or.

Cette rencontre périodique entre acteurs de la place, juristes et entreprises, désormais bien ancrée dans le paysage lyonnais, avait choisi pour cette édition un thème d'actualité, encore abscons pour d'aucuns, mais porteur d'avenir : « Intelligence artificielle, block­chain, données personnelles : quels nouveaux défis pour le droit ? »

Conséquence de l'arrivée des nouvelles technologies, la révolution numérique a boule­versé la société humaine en profondeur. L'émergence de ces approches structurelles, et pas uniquement virtuelles, est sans aucun doute à l'orée d'évolutions, pour ne pas dire de révolutions, particulièrement dans les professions du droit avec des impacts très concrets.

La question étant cependant de savoir si ces professions, qui depuis longtemps ont fixé les règles du jeu, pour ne citer que les notaires et les avocats, sont prêtes à franchir le pas et à modifier leurs façons de travailler.

Certains ont déjà mis le doigt dans l'engrenage, quand bien même d'autres sont encore plein de questionnements. Digitalisation, flux de communication, flux de stockage des informations étant au coeur de ces transformations fondamentales.

Grâce ou à cause de la virtualité, le monde du droit saura-t-il dans un avenir proche affron­ter sa modernité, tutoyer l'intelligence artificielle ? Le blockchain remettra-t-il en cause la notion de tiers de confiance tout en apportant un gage de sécurité ? Quelles protections établir face au développement des technologies qui pourraient jusqu'à devenir liberti­cides ?

Après en avoir défini les contours, c'est autour de ces questions d'avenir et de fond qu'ont donc planché les participants de cette biennale au travers de plusieurs ateliers de travail interactifs.

Ainsi dans le monde des avocats, les Legal Tech font une percée significative en se concen­trant sur l'amélioration dans la production de contrats ou services, mais pas encore dans une production totale tancent les avocats, qui défendent leur pré-carré.

Quant à eux les notaires estiment, par exemple, que la force exécutoire d'officier ministé­riel et public qu'ils détiennent ne saurait remplacer dès à présent un acte authentique par une blockchain. Malgré tout, avec ces avancées, demain c'est aujourd'hui…




Fabien RIVIER
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide