Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Lyon sur le bout des doigts

le - - Actualités

Lyon sur le bout des doigts
« Regard sur la ville », une sculpture en bronze tactile (© Michel Godet)

Quel plus beau geste envers les déficients visuels peut-on imaginer que celui de leur permettre de « toucher et voir » la ville avec leurs mains et d’accéder ainsi au patrimoine de Lyon ? Le sensoriel tutoie maintenant l’intuitif : au programme, 2 000 ans d’histoire, deux fleuves, des collines, des faubourgs et environ 70 monuments ou constructions incontournables repérés en braille.

Le dialogue avec la ville s’instaure, les déficients visuels y voyant là une renaissance et surtout une véritable découverte. Et le président du Comité Louis Braille, Alain Duchon-Doris, d’expliquer : « Avec un fonctionnement inverse, l’aveugle commence à toucher et procède ensuite à la construction d’une image globale ». Qui plus est, l’œuvre est belle et permet à tous de s’approprier la ville d’en haut. L’histoire de cette œuvre d’intérêt public (d’1 m 70 sur 1 m 10) remonte maintenant à quatre années. La rencontre de rotariens, d’un artiste - le désormais Lyonnais Dan Ohlmann (Musée de la miniature) - et du Comité Louis Braille permet ainsi d’aller au-delà de l’invisible et de côtoyer le visible.

L’art urbain au service des déficients visuels

Il aura fallu quatre années de conception après la visite d’une œuvre similaire en Allemagne (Bad Kissingen) pour que « Regard sur la ville » soit inauguré. A n’en pas douter, le Rotary International, présent à Lyon depuis 90 ans et aujourd’hui fort de 18 clubs, est bien la cheville ouvrière et financière de cette réalisation unique, qui met l’art urbain au service des déficients visuels, tout en valorisant les métiers d’art. Le coordinateur du projet, Philippe Carry, l’actuel horloger de Saint-Paul, a conclu, aux côtés de Rodolphe Voiron, président du Rotary Club Lyon-Nord, l’opération : « Ce n’est pas nous qui l'avons fait, c'est vous qui l'avez déposé dans notre cœur ». Le Lyonnais Antoine de Saint Exupéry aurait certainement ajouté : « On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux ».

Michel Godet

La sculpture « Regards sur la ville »

Plus de 2 500 heures de travail et une douzaine de corps d’artisans ont été nécessaires pour réaliser cette œuvre, en partenariat avec la Ville de Lyon, le Comité Louis Braille, la Fondation de Fourvière, le Musée de la miniature et du cinéma, la fonderie Barthélémy, les Marbriers et sculpteurs réunis, les groupes Alptis et Apicil, sans oublier les 18 clubs Rotary du Grand Lyon et leurs 2 000 membres. Le budget de la sculpture, seule, étant de 46 500 € ; pour un budget total de 76 000 €, financé par les diverses actions des clubs Rotary.




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide