Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Marché de l'immobilier : Lyon explose la moyenne nationale

le - - Économie

Marché de l'immobilier : Lyon explose la moyenne nationale
Erick SAILLET

En ce milieu d'année 2017, tous les indicateurs sont au vert : moral des ménages retrouvé, volume des transactions et niveau des prix à la hausse… Comme le révèle la traditionnelle étude de conjoncture de la FNAIM, globalement, le marché immobilier se porte comme un charme, exception faite de quelques disparités régionales et locales.

Comme le précise l'étude de la Fédération nationale de l'immobilier, en volume, le cap des 900 000 ventes annuelles a été franchi en juin : « C'est un chiffre sans précédent, qui se traduit par une progression de 9,9 % sur 12 mois ». Cependant, ce record doit être relativisé, car depuis 2000, le parc immobi­lier a progressé de 20 %.

De leur côté, les ventes n'ont progressé que de 13 %. Pour égaler la rotation maximale observée l'année du millé­naire, il aurait fallu parvenir à 950 000 transactions. Autre ombre au brillant tableau : le chiffre synthétique dissimule des disparités régionales. Certes, les deux tiers des départements ont connu des progressions des ventes supérieures à 10 %. Mais près de la moitié des transactions (46 %) se sont concentrées sur 20 départements.

 

Hausse des prix bien orientée

 

La hausse des prix s'est confirmée, voire amplifiée. Selon l'étude de la FNAIM, « en juin, elle atteint un niveau de 4 % sur 12 mois. Le prix des appartements a augmenté de 4,4 %, et celui des maisons de 3,4 % ». Là encore, tout le monde ne s'y retrouvera pas : « Limoges, Clermont-Ferrand, Dijon, Saint-Étienne ou Le Havre voient, au contraire, leurs prix baisser, de 1 à 3 %. Tandis que Marseille, Lyon, Lille ou Paris explosent la moyenne, avec des hausses comprises entre 4,8 et 5,9 %. Le record en la matière est détenu par Bordeaux avec 7,1 % ».

Ces hausses de prix im­pactent le pouvoir d'achat immobilier des particuliers. Ces derniers « ont perdu 1,7 m2 au premier semestre. Mais sur 12 mois, ils restent gagnants de 1,5 m2, voire da­vantage dans certaines villes comme Poitiers, Limoges, Le Havre et Clermont-Ferrand ».

Dans le neuf, l'euphorie est de mise. Selon la FNAIM, le nombre de mises en chan­tier s'est accru de 14,6 %, les réservations en VEFA ont pro­gressé de 22,6 %. Les ventes de maisons individuelles en secteur diffus ont, quant à elles, progressé de 18 %.




Fabien RIVIER
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide