Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Musique - Agnès Obel, la complexité dans la légèreté

le - - Actualités

Musique - Agnès Obel, la complexité dans la légèreté
(© Frank Eidel)

Agnes Caroline Thaarup Obel se lance dans une carrière solo dès 2009.

En octobre 2010, elle sort son premier album, Philharmonics, qu’elle a écrit, composé et interprété - ce sera d’ailleurs une ligne de conduite qu’elle conservera pour son second disque, Aventime -, sauf pour le titre Close Watch, qui est quant à lui écrit et composé par John Cale. Vendu à près de 150 000 exemplaires en France et à près 500 000 exemplaires au total, Philharmonics, va lui permettre de cumuler les récompenses. En octobre 2011, Agnes Obel remporte le prix European Border Breakers Awards 2012 - qui récompense les artistes ayant obtenu un succès en dehors de leur pays avec leur premier album. Puis, en novembre 2011 elle remporte cinq prix musicaux aux Danish Music Awards - équivalent danois des Grammy Awards Américain - : meilleur album, meilleure sortie pop, meilleure nouvelle artiste, meilleure interprète féminine et meilleure auteur-compositrice. La réussite de ce premier disque est totale, tant auprès des professionnels que du public.
Vient alors l’étape difficile du second disque, surtout quand le premier a rencontré un tel succès, on est forcément un peu attendu au tournant. Un tournant négocié en toute beauté par Agnès Obel !
Entre le début de l’année 2012 et la fin du printemps 2013, à Berlin où elle réside, Agnès Obel écrit, compose, enregistre, produit et arrange paroles et musique de son nouveau disque, Aventime, qui sort le 30 septembre suivant. Cet album est une oeuvre mélodique à part entière puisque la musique d’Agnès Obel naît des mélodies avant tout, qui ne sont pas inscrites dans une recherche de complexité mais dans une efficacité et un caractère intemporel. Trois éléments clefs donnent vie à cet album très cinématographique qu’est Aventime : le piano, la voix et le violoncelle. La musique d’Agnès Obel transmet des émotions presque palpables du bout des doigts en mettant sur un pied d’égalité la résonance de ses cordes vocales, utilisées comme un instrument, avec celles du piano. Elle joue de ses et ces vibrations en les superposant, en les enchevêtrant, parfois en ne les faisant devenir qu’une, comme autant de complémentarités possibles, de questions-réponses donnant naissance à un riche dialogue entre la voix et le piano, et inversement. Agnès Obel dégage une sensibilité ensorcelante dont la force réside en cette faculté à faire naître les mélodies avec un naturel déconcertant, aux seules notes de son piano et de sa voix.

Olivier Trojani


Amphithéâtre - Salle 3000
50 Quai Charles de Gaulle, Lyon (69) ; www.eldorado.fr, www.agnesobel.com.
Dim. 24 novembre à 20 h, 38,50 €.




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide