Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Ouverture le 10 mars - Les « truiteurs » ont la pêche

le - - Actualités

Ouverture le 10 mars - Les « truiteurs » ont la pêche
Dans le Rhône en 2011, ils étaient 10 343 pêcheurs à la truite à avoir pris une carte annuelle majeurs, soit une augmentation de plus de 6 % par rapport à 2010. Seront-ils aussi nombreux cette année ? Réponse ce samedi 10 mars pour l'ouverture !

Ca y est ! Canne, besace et bottes sont prêtes, inutile de résister à l’appel de la rivière.

Et ceci malgré des eaux plutôt basses : « Depuis 2006 voire même 2003, l’année de la grande sécheresse, nous ne sommes jamais revenus à des niveaux normaux », explique Alain Lagarde, le président de la Fédération de pêche du Rhône qui précise tout de même que Rhône-Alpes a relativement moins souffert que d’autres régions.

Une quantité d’eau limitée mais une qualité en hausse : « Globalement, la qualité des eaux s’est améliorée. Malgré quelques pollutions diffuses, de gros progrès ont été faits notamment en ce qui concerne le raccordement des villages et hameaux au réseau des eaux usées. Le gros problème demeure la hausse de la température de l’eau. Avant, elle n’excédait jamais 18 °C, aujourd’hui on enregistre 20 °C en basse Azergues », constate le président Lagarde.

Ce dernier met en exergue deux autres fléaux pour nos cours d’eau : « Il faut arrêter de pomper dans nos rivières et de couper systématiquement les arbres sur les rives. Notre fédération  fait un gros travail de pédagogie avec la replantation de 500 mètres de ripisylve ».

Une création de retenue collinaire = une suppression

Une fédération de pêche qui se préoccupe aussi des conséquences des retenues collinaires sur le milieu aquatique. Il s’agit de compenser la création de nouvelles retenues : « Si on en crée une nouvelle, on en supprime une autre ». Une concertation est en cours avec tous les acteurs du bassin Brévenne - Turdine pour mettre en pratique ce principe, notamment dans la vallée du Glavaroux (un affluent de la Brévenne), où la fario (la truite sauvage) côtoie l’écrevisse à pattes blanches.

Malgré toutes ces contraintes, les rivières du département du Rhône accueillent « de bonnes populations de poissons », selon les termes d’Alain Lagarde : « De belles truites d’une taille supérieure à la maille, 23 cm, et de tous les âges ».

Voilà qui devrait attirer les « truiteurs » au bord de l’eau. L’an passé, ils étaient 10 343 adultes à s’être acquittés du prix d’une carte annuelle. Une belle progression, de plus de 6 %, après des années plus difficiles. Les cartes mineurs progressent beaucoup plus sensiblement (de 1 246 à 1 516) tout comme les carte femmes (de 435 à 530).

Ceci à l’image de tout Rhône-Alpes, à contre-courant d’une évolution nationale à la baisse.  Sans doute les effets d’une grande campagne publicitaire d’affichage 4X3, qui se poursuit d’ailleurs cette année. Autre nouveauté : la création du Bulletin départemental de la pêche du Rhône, diffusé deux fois par an. Le premier numéro est sorti en décembre dernier, le prochain est prévu pour juin ou juillet prochain. Pour le président Lagarde, « il s’agit de montrer aux pêcheurs et aux élus ce que nous faisons ».

Et puis, cette année, la vente de cartes de pêche par Internet se généralise, avec la possibilité d’acheter et d’éditer la carte directement chez soi, ou bien sûr, de passer toujours par un dépositaire. Avec pour l’instant, un frein de taille : sur les plus de 100 dépositaires du Rhône, seuls 2 sont équipés d’une liaison Internet.

Mais attention : que ce soit de manière traditionnelle ou en passant par Internet, il est bien sûr indispensable de s’acquitter de sa carte, en bonne et due forme. Sur les 401 procès verbaux dressés l’an passé par les gardes-pêche dans notre département, 52 % l’on été pour défaut de permis.

Fabien RIVIER


Repères

Le Rhône totalise 1 210 km de rivières et 570 hectares de plan d’eau, classés en 1ère catégorie (abritant principalement les truites et autres salmonidés) ou en 2e catégorie (poissons blancs et carnassiers). En 1ère catégorie, l’ouverture générale est fixée du 10 mars au 16 septembre inclus ; le nombre de prises est limité à 6 par jour et par pêcheur. Le principe de réciprocité permet de pêcher, avec le permis de base, sur 864 km de cours d’eau de 1ère catégorie, 171 km en 2e catégorie et 570 hectares de plan d’eau. Attention : sur les 12 « parcours patrimoniaux » (cours d’eau abritant exclusivement des truites sauvages), la pêche s’effectue avec hameçon sans ardillon !




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide