Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Philippe Guérand prépare la CCIR à l'onde de choc

le - - Économie

Philippe Guérand prépare la CCIR à l'onde de choc
E. Soudan - Alpaca

Invité du Club de la presse de Lyon, le président de la CCI Auvergne-Rhône-Alpes a évoqué l'avenir proche de la chambre, dans un contexte de nouvelle réduction drastique de ses recettes fiscales.

« Nous n'en sommes qu'au projet de loi de finance, mais si cela devait se confirmer, il s'agit d'un choc d'une violence avérée qui va entrainer des transformations et adaptations majeures dans le réseau ». Philippe Guérand, le président de la chambre de commerce et d'industrie Auvergne-Rhône-Alpes, fait allusion à la baisse de 17 % des ressources fiscales affectées aux CCI, qui s'ajoute, pour notre région, à une diminution de 30 % entre 2014 et 2016. « - 17 %, cela représente - 17 M€ sur un total de 100 M€ de recettes fiscales pour les 13 CCI de la région (budget global : 230 M€) ».

Des adaptations, des ajustement, les chambres en ont déjà fait lors du mandat précédent, rappelle le président Guérand : mutualisation des services (finances, comptabilité , RH…), transfert de personnel (la CCIR est passée de 70 à 150 salariés), plans sociaux (350 postes supprimés, pour un effectif de 2 000 personnes - 1 700 ETP - aujourd'hui). Mais cela ne suffira sans doute pas : « Il est probable que l'on ait à réfléchir à nouveau sur le nombre de collaborateurs, estime Philippe Guérand, car nous allons devoir refaire le catalogue de nos actions, évaluer leur pertinence et leur efficacité pour faire des choix. Et choisir, c'est renoncer ».

Le président de la CCIR reconnaît que ces décisions ne seront « pas simples » à prendre, alors qu' « on commence à être à l'os » : « Mais nous n'avons pas le choix pour survivre, c'est à dire pour servir les entreprises ». Si pour améliorer l'efficacité du système, il faut continuer à « concentrer les moyens opérationnels », pas question d'obliger les CCI territoriales à fusionner et donc de faire disparaître certaines chambres : « J'insiste sur l'importance de la représentation politique aux territoires », indique Philippe Guérand qui tient à préciser que « le fait politique est gratuit » : « Je me battrai pour que soit conservée la souveraineté politique de toutes les CCI territoriales ».

Interrogé sur les relations de la CCIR avec la nouvelle agence économique créée par le président de la Région Laurent Wauquiez, Auvergne-Rhône-Alpes Entreprises, Philippe Guérand explique que « c'est le rôle de la CCIR de s'inscrire dans la stratégie du conseil régional, échelon compétent en matière de développement économique, en harmonie avec les territoires, les métropoles et les EPCI ». Et de rappeler que « la CCIR est au conseil de surveillance de l'agence. Par ailleurs, j'ai proposé que celle-ci ait son siège dans les locaux de la CCIR, ce qui a été accepté ».

Le président Guérand met cependant des limites à ses rapports avec Auvergne-Rhône-Alpes Entreprises : « Les actions de l'agence résulteront de choix politiques du conseil régional. Or, de par la loi, les CCI doivent représenter toutes les entreprises. S'il y contradiction avec l'intérêt économique général, je le dirai à Laurent Wauquiez ».




Fabien RIVIER
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide