Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Plan large pour le cinéma

le - - Actualités

Plan large pour le cinéma
Les salles de cinéma ne désemplissent pas. Loire, Rhône et Isère affichent une santé éclatante. L'étude du CNC « La Géographie du cinéma » le confirme, chiffres à l'appui.

Le sexe au cinéma fait souvent recette.

Ce n’est pourtant pas le meilleur critère d’appréciation de l’étude que livre le CNC chaque année en septembre. D’après le Centre national de la cinématographie, 52 % du public rhônalpin du cinéma est de sexe féminin, contre 48 % de sexe masculin. Les proportions nationales sont respectées. De la même façon, la répartition du public selon l’âge dans notre région obéit aux mêmes moyennes qu’au plan national. Les spectateurs sont à 27,1 % âgés de 50 ans et plus, à 29 % de 35 à 49 ans, à 20,3 % de 25 à 34 ans et 24 % de 15 à 24 ans (l’étude ne prend pas en compte les moins de 15 ans). Comme le fait remarquer le CNC, « la structure du public de la région Rhône-Alpes est relativement proche de la structure du public national ».
Les enseignements principaux sont plutôt à rechercher du côté de l’évolution de la fréquentation des salles obscures. En Loire elle ne cesse de progresser depuis ces dernières années : + 9,9 % entre 2008 et 2009, + 4,4 % entre 2009 et 2010. Au total, 2,07 millions de tickets ont été vendus l’an dernier, un cap a été franchi. Le chiffre d’affaires n’a jamais été aussi élevé avec 12,512 M€.

Eclaircie pour les salles obscures

En Isère, la progression est plus modeste (+ 2,6 %), mais la fréquentation est deux fois plus élevée : 4,2 millions d’entrées réalisées avec un parc de fauteuils deux fois plus important (23 806 contre 12 844 places). Le Rhône emporte la palme avec une progression de 5,8 % entre 2009 et 2010 et des recettes guichets de 50,6 M€ (avec 32 163 fauteuils). Mais, compte tenu de l’offre très diverse qui existe entre ces trois départements, l’indice le plus parlant reste le taux d’occupation des fauteuils. Dans ce tiercé, le Rhône fait la course en tête avec un taux de 17 %, suivi de près par l’Isère (16,2 %) et enfin la Loire (14,9 %). En comparaison avec l’étude de l’an passé, le Rhône perd du terrain, l’Isère et la Loire montrent un engouement du public.
Il s’agit là de moyennes départementales. Si l’on examine la structuration de la fréquentation selon la catégorie d’exploitation (petit, moyenne ou grande), l’Isère montre une grande stabilité, tandis que les entrées reculent de 14 % dans les petites salles ligériennes, compensées par la forte progression dans les salles de moyenne et grande catégorie. En résumant à grands traits : les salles de village s’effacent au profit des multiplexes. En revanche dans le Rhône, les petites et les grandes salles contribuent à la bonne santé du cinéma. Une tendance dont on se réjouit et qui tend à prouver que l’impact du téléchargement illégal des films est bien moins important qu’on ne pourrait le supposer.

Mathieu Ozanam




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide