Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Rencontre - La médiation, un état d'esprit pour les chefs d'entreprise

le - - Actualités

Rencontre - La médiation, un état d'esprit pour les chefs d'entreprise
(© M.G.)

Plus qu’une solution technique, la médiation est devenue aujourd’hui un véritable état d’esprit au quotidien, en particulier pour les chefs d’entreprise.

Issu du Cara (Centre d'arbitrage et de médiation Rhône-Alpes), le Cima a pour vocation la médiation comme mode approprié (ou alternatif) de résolution des conflits (Marc). Véritable centre de référence, source de conseil, d'accompagnement, de formation à la médiation, il est issu de la volonté créatrice et interprofessionnelle du barreau des avocats de Lyon, de l’Ordre des experts-comptables Rhône-Alpes et de la chambre départementale des notaires du Rhône. Aujourd’hui installé dans les locaux de la chambre de commerce et d’industrie Rhône-Alpes (un symbole pour les entreprises), il annonce avoir effectué près de 30 médiations en 2012 et en envisage 30 % de plus cette année.
Afin de clarifier ce sujet, Roland Verniau n’a pas manqué de montrer la différence entre l’arbitrage et la médiation. Si cette dernière est placée sous la houlette d’un facilitateur qui apporte, au delà d’une solution, un apaisement - sans trancher néanmoins - l’arbitrage, quant à lui, se place comme une instance juridictionnelle qui doit trancher. Au Cima, qui se considère comme une véritable boîte à outils permettant l’anticipation et la résolution des conflits, y compris à chaud, on a coutume de dire que le premier geste d’un médiateur (ils sont 80 à ce jour) est de rechercher un accord sur le désaccord.
En ce qui concerne les domaines d’intervention du Cima, Philippe Bau note qu’ils sont conventionnels (via les trois ordres), mais aussi judiciaires. Les conflits avec les salariés et les relations clients-fournisseurs sont valorisés chacun à 25 %, sans oublier les ruptures de contrats (18 %) ou encore les conflits entre associés (8 %).
Posture nécessaire, la médiation fonctionne bien et touche l’ensemble des parties prenantes. Et le président Verniau d’ajouter : « Dans cette difficile période actuelle, les Marc ne sont-ils pas une impérieuse nécessité économique ? » Sur le fond de la médiation, le chef d’entreprise Eric Bidot a insisté sur le risque juridique que la médiation peut maîtriser. Ce sont les parties qui trouvent l’accord et prennent la décision, à l’inverse du juge. Le Medef parlant même de l’arbitraire du juge.
D’autre part, même si la médiation a un coût (3 000 € maximum par partie), elle procure de nombreux avantages. La discrétion, la rapidité, la paix sociale retrouvée… autant de points qui permettent à l’entreprise de diminuer les coûts cachés induits par un conflit. Avant que cette médiation ne représente la résolution de 80 % des litiges comme au Canada, notons qu’elle existe et que la voie royale lui est ouverte.

M.G.




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide