Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Restauration - Le bal des pizzérias

le - - Territoires

Restauration - Le bal des pizzérias
Les pizzérias fleurissent mais ne trouvent pas forcément leur place dans un marché toujours plus concurrentiel

Napolitaine, margarita, royale, americaine, orientale...

Sur place ou à emporter, four à bois ou électrique, hallal ou non, à 10 h, 16 h, comme à 21 h, les Stéphanois ont l'embarras du choix niveau pizza. Plus d'une cinquantaine de pizzerias se sont implantées à travers la ville en l'espace d'un ou deux ans. Une concurrence toujours plus forte pour ces commerçants et un choix encore plus large pour les clients. Mais toutes ces enseignes y trouvent-elles finalement leur compte et le client est-il toujours satisfait?
Parmi les plus anciens, le Stromboli, rue Michel Servet, déplore cette multiplication de pizzérias. « Il faut faire la différence entre les snacks qui proposent des pizzas et les restaurants, qui, comme le nôtre, n'utilisent que des produits frais avec une pâte traditionnelle de qualité. Nous, nous proposons une vraie pizza italienne en somme ! » La plupart des pizzérias subissent, d'après leurs dirigeants, l'arrivée de grandes enseignes. L'entreprise ligérienne Pizza'riv, aux 15 points de vente, souffre, selon ses responsables, de cette concurrence trop importante, à laquelle pourtant elle contribue. « Depuis un an, nous observons une baisse de 20 % de notre chiffre d'affaires avec la multiplication de nouvelles pizzérias », explique Christiane Villard, de Pizza'riv. D'ici la fin du mois, un nouveau Domino's pizza verra le jour rue du 11 novembre, à proximité de la faculté tréfilerie. Une arrivée qui ne sera donc pas au goût de tous.
Dans le même temps Pizza Hut, l'un des leaders mondiaux dans la livraison de pizzas à domicile, qui s'était implanté rue Etienne Mimard en juin 2010, a fermé ses portes il y a quelques semaines. Le propriétaire aurait été contraint d'abandonner son enseigne pour raisons personnelles. « Le marché des pizzérias est assez complexe. Les habitudes de consommation évoluent et le prix des produits de base ne cesse d'augmenter. Tout cela s'ajoute au fait que la clientèle est souvent jeune et donc dépense peu », estime Patrick Deleau, directeur de réseau Entreprendre Loire qui accompagne la création de nouvelles entreprises.

Marine Graille




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide