Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Sortie de route pour le salon de l'auto de Lyon

le - - Actualités

Sortie de route pour le salon de l'auto de Lyon
En 2011, une fréquentation en baisse mais un public plus « qualifié » (DR)

« Le Salon automobile international de Lyon 2013 n'aura pas lieu.

En raison de la situation très difficile du marché automobile et pour respecter nos engagements, nous avons reporté le salon afin de préserver la satisfaction des constructeurs, des exposants et des visiteurs. Nous vous donnons rendez-vous en 2015. Merci de votre compréhension et de votre soutien ». Sur la page Facebook de l’événement, le ton est presque solennel du côté de l’organisateur, GL events.
Un communiqué de presse, daté du 23 mai, a annoncé officiellement l’annulation du SAIL, qui devait se dérouler du 5 au 13 octobre à Eurexpo : « Un grand nombre de constructeurs automobiles a décidé de ne pas participer à l’édition 2013 […], en raison de la situation économique et de la baisse forte et continue du marché automobile en Europe et en France ». Pour Thomas de Oliveira, directeur du SAIL, la « représentativité » du marché n’aurait pas pu être assurée, en raison des arbitrages actuels des fabricants. Et si une grosse dizaine de constructeurs s’étaient déjà engagés à participer, ils ne voulaient pas se retrouver « seuls ». « On ne voulait pas bloquer leurs budgets indéfiniment, et éviter qu’ils ne commencent à investir dans leur présence au salon », ajoute le directeur de la manifestation.
Bref, plutôt qu’une édition 2013 ratée et lourde de conséquences pour la suite, GL events préfère se projeter dès maintenant en 2015. « Nous allons voir comment avancer », confie Thomas de Oliveira, qui évoque des discussions sans attendre avec les constructeurs et les réseaux de vente pour évaluer leurs besoins. « Nous n’étions pas face à un refus du salon », assure en tout cas le directeur du SAIL, pour qui la reprise du marché automobile est déterminante. Il évoque les nouveaux outils de communication et marketing qui allaient être mis en place en 2013 et restent d’actualité pour la suite des événements.
« Notre ambition est de garder un salon à Lyon », ajoute encore Thomas de Oliveira. En 2011, le salon lyonnais avait subi une baisse de fréquentation par rapport à 2009, mais l’organisateur met en avant les 1 850 ventes enregistrées (en déclaratif) lors de cette dernière édition, tout comme un public plus « qualifié ». « Il n’y a pas que la fréquentation. Nous avons eu 40 premières nationales à Lyon en 2011. Ce n’est pas une faiblesse » », argumente le directeur du rendez-vous lyonnais.
Un rendez-vous qui met notamment l’accent sur les essais pour se démarquer. Rien de suffisant pour convaincre par exemple Peugeot, concentré sur les grands salons mondiaux : Paris, Francfort, Genève, Shanghai. Ou encore Renault, qui avait décliné, contrairement à Toyota, Mazda, Kia, Volkswagen, Skoda ou encore Hyundai.
Suspendu à une reprise du marché, le Salon Automobile International de Lyon doit surtout affirmer sa place et son rôle pour espérer vivre une édition 2015.

P.-J. N.




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide