Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Tabac-presse à Messimy : « le » Jean pose sa besace

le - - Territoires - Vallons du Lyonnais

Tabac-presse à Messimy : « le » Jean pose sa besace
Marie-Thérèse et Jean Parrel

Il est maintenant temps pour lui et son épouse Marie-Thérèse de passer la main, après plus de 12 000 matins où il ouvrait son établissement bien avant 6 h.

Bien connue de tous, sa boutique avait tout à fait l’air d’une caverne d’Ali-Baba car, chez « le Jean », on pouvait trouver de tout. Outre la presse quotidienne, hebdomadaire dont notre titre L’Essor, régionale ou nationale, toutes les revues de Paris-Match aux recueils de mots croisés, des publications automobiles aux parutions pour pêcheurs, chasseurs, adeptes de la cuisine, du tricot ou du jardinage.
Les fumeurs invétérés achetaient leur marque favorite, cigarettes, cigares, tabac à rouler et même, fut un temps, à priser … A ses débuts, « le Jean » fournissait les amateurs en P4 et en Boyards maïs ; aujourd’hui, quelques repentis avaient à leur disposition la cigarette électronique !
Côté papeterie, il était possible de rencontrer tous les stylos bille possibles, la colle, le scotch, les enveloppes et autres gommes, crayons et feutres. Les cartes d’anniversaire, de mariage, de deuil avaient aussi leur place et, avec un peu de perspicacité, on trouvait des cartes postales de Messimy il y a cinquante ans !
Pour être complet et dépanner sa clientèle, « le Jean » mettait à disposition les graines pour la jardinage, toute la droguerie et la quincaillerie, de la brosse à ongles au papier-toilette en passant par les tapettes à souris, les éponges, les balayettes et tous produits pour laver, récurer et déboucher les canalisations…
La vitrine était remplie de réveils, montres, objets-souvenir de Messimy, petites voitures et ours en peluche, de quoi satisfaire petits et grands, autochtones ou randonneurs de passage. Plus - ou mieux - qu’un simple magasin, la boutique du Jean était le dernier salon où l’on cause, la commune ne comptant plus de débit de boissons.
Dès potron-minet, c’est là qu’on échangeait les dernières nouvelles, que l’on émettait toute supposition sur la météo, de la couche de neige au col des Brosses à la hauteur d’eau du Garon. Ainsi, 33 années durant, les clients sont passés du «  Comment y va le chef ? » au «  A part ça, quoi de neuf ? » mais le « Eh ben voilà » lors du rendu de monnaie est resté invariable.
Le 1er novembre, « le Jean » aura laissé les clefs de son domaine à son successeur, Jean-François Martinière. Avec Marie-Thérèse, notre Jean pourra se remémorer les souvenirs de ces 33 années, tous ces moments de partage, d’échange, de convivialité, d’humour, d’émotion, de sourires et de fous-rires… en un mot, d’amitié.
Toussaint oblige, chacun ne pourra que dire « Bonne retraite » ou « Bonne fête », Jean !

Alain Di Folco




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide