Fermer la publicité

Une école Emile Cohl à Los Angeles d'ici 5 ans

le - - Économie

Une école Emile Cohl à Los Angeles d'ici 5 ans
Antoine Rivière

L'avocat de formation succède à Philippe Rivière, son père, fondateur et dirigeant de l'établissement depuis1984. Il sera entouré par Emmanuel Perrier, actuel directeur général adjoint et de sa soeur jumelle Alice Rivière, responsable pédagogique.

Lyonnais, attaché au quar­tier de la Croix-Rousse qui l'a vu grandir, Antoine Rivière revient sur les terres de son enfance après une longue parenthèse bordelaise. L'oc­casion d'y étudier le droit – il est titulaire d'une master 2 droit des affaires, mention vignes et vin – et d'y exercer en tant qu'avocat libéral au sein des cabinets SCP Joly-Cuturi et SELARL Labattut & associés.

« Après ces quelques années d'expérience, s'est posée la question d'une éventuelle association. Et en même temps, celle de l'avenir d'Emile Cohl, fondée par mes parents. Je n'ai pas hésité bien longtemps, j'ai choisi de continuer l'aventure de l'école, il n'était pas question de vendre à des étrangers », souligne Antoine Rivière.

À 32 ans, le nouveau direc­teur général de la structure (860 étudiants, 100 profes­seurs, 27 salariés équivalents temps plein, 4,5 M€ en 2015) n'entend pas révolutionner l'établissement, mais y ap­porter un regard neuf pour enrichir l'existant. « Je sou­haite mettre mon expérience de l'entreprise acquise grâce aux dossiers que j'ai traité au service de notre structure. Il ne s'agit pas de remettre en cause la gestion passée, je fais confiance aux équipes, mais plutôt de restructu­rer pour être plus efficient. D'ailleurs, je reste entouré par Emmanuel Perrier et ma soeur, qui connaît très bien l'école de l'intérieur, pour y avoir fait ses études », pour­suit-il.

Antoine Rivière projette d'intégrer la conférence des grandes écoles et entend poursuivre la croissance internationale de l'école. S'il continue les échanges avec la Chine, il croit davantage au potentiel des Etats-Unis. « Nous prévoyons d'ouvrir une école à Los Angeles d'ici 5 ans au regard de l'activité des studios d'animation. Je crois que notre savoir-faire et notre technicité peuvent faire la différence ».

Loin d'être parachuté, il s'est préparé à cette succession. « J'ai commencé par venir un jour par mois, puis une semaine complète depuis plusieurs mois », indique-t-il. Même s'il n'assure plus la direction opérationnelle de l'école, Philippe Rivière reste professeur et en charge du suivi pédagogique des 5e an­nées. « Il reste notre caution morale, porteur du message pédagogique et militant de l'école », conclut-il.



L'Essor

Hebdomadaire d’informations locales et régionales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Abonnement au journal l'Essor› Abonnez-vous ‹

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide