Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

Vaugneray : un peu d’histoire

le - - Territoires - Vallons du Lyonnais

Vaugneray : un peu d’histoire
Le domaine d'Hoirieu

Nous vous proposons cette semaine de revenir sur le site d’Hoirieu qui est l’un des plus anciens de la région et qui a reçu de très nombreux visiteurs en ce mois de juillet 2011.

C’est le propriétaire M. Gerbert Rambaud qui accompagnait le visiteur dans sa découverte du domaine familial. Par contre, la visite du parc s’effectuait librement. Un circuit était néanmoins  organisé, il commençait à partir de l’allée de marronniers en passant par la bambouseraie plantée en 1874 et autolimitée car plantée dans un ancien bassin. Le vivier, alimenté en eau, connu déjà dans la description du XVIIIe siècle comme une serve qui ne tarit jamais, permettait de conserver le poisson vivant. Un  cheminement dans le parc conduisait jusqu’au grand bassin, réservoir, la galerie de captage, la glacière, ramenait le visiteur devant les rhododendrons. Enfin, après un passage sur le pont, retour par l’allée des marronniers pour admirer depuis  la terrasse, le cèdre du Liban.
Et le propriétaire de rappeler qu’ici la propriété vivait en autarcie alimentaire  avec deux grands jardins potagers fournissant des légumes pour une trentaine de personnes ; les vergers produisaient des cerises, des abricots, des pommes, des coings, des poires, des prunes, et aussi des mures, cassis et groseilles. Les vaches donnaient le lait et le fromage ; des cochons, des moutons, un poulailler et un pigeonnier évidemment, puisque Hoirieu était un fief, une terre noble, fournissaient tant de la viande que des engrais pour la culture.
Il y avait évidemment des chevaux de selle ; la chasse permettait de compléter l’ordinaire (lapins, lièvres, perdrix principalement) d’où la présence d’une entrée spécifique que l’on pourrait appeler « le débotté », puisque le maître de maison pouvait rentrer chez lui sans salir le vestibule, se débotter et se laver les mains sur une grande pierre à eau.
On buvait aussi le vin de la propriété puisqu’environ deux à trois hectares de vigne étaient plantés tout autour de la maison : vin rouge des Coteaux du Lyonnais. Les propriétaires actuels sont en train de replanter, avec l’Inao, quelques parcelles de vignes. Ainsi, il sera possible dans quelques années de boire à nouveau du vin de Hoirieu.




MatOz
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

L'Essor Rhône Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhônes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide